Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Top Robert Rossen

Il n'a tourné que 10 films, mais fait pourtant partie des plus grands réalisateurs américains de l'après-guerre.

 

Lilith.jpgL_Arnaqueur.jpgLes_Fous_du_roi.jpgSang_et_Or.jpgCeux_de_Cordura.jpgJohnny_O_Clock.jpgAlexandre_le_Grand.jpgCorrida_de_la_peur.jpgUne_ile_au_soleil.jpgMambo.jpg

1. Lilith, 1964

Un jeune psychiatre tombe amoureux d'une patiente internée. A en perdre la raison. D'un romantisme exacerbé, comparable à La fièvre dans le sang de Kazan. Beatty/Seberg, couple inoubliable.

 

2. L'arnaqueur (The Hustler), 1961

Incontournable. Brillant, avec des dialogues déchirants. L'un des plus grands rôles de Paul Newman. A comparer avec la suite tournée par Scorsese, 25 ans plus tard, La couleur de l'argent.

 

3. Les fous du roi (All the King's Men), 1949

L'histoire d'un homme qui se retrouve à faire de la politique presque par hasard, et accèdera à la haute fonction de gouverneur de la Louisiane. Et tombera dans tous les travers qu'il a dénoncés. Très, très grand film politique.

 

4. Sang et or (Body and Soul), 1947

Un film de boxe dans la grande tradition du genre avec promoteurs véreux et combats arrangés. L'un des meilleurs de l'époque avec Nous avons gagné ce soir de Wise et Gentleman Jim de Walsh.

 

5. Ceux de Cordura (They came to Cordura), 1959

Le western obligatoire dans toute filmographie de cinéaste américain qui se respecte. Et celui-ci, très classique, est excellent. Avec Gary Cooper et Rita Hayworth qui assurent.

 

6. L'heure du crime (Johnny O'Clock), 1947

Un bon petit film noir, nerveux et racé, une course contre la montre et l'angoisse.

 

7. Alexandre le grand (Alexander the Great), 1956

Un péplum, oui, mais pas si mauvais. Richard Burton fait un bel Alexandre.

 

8. La corrida de la peur (The brave Bulls), 1951

Honnête film tauromachique dont le thème principal est celui de la peur. L'aspect documentaire est plus qu'intéressant.

 

9. Une île au soleil (Island in the Sun), 1957

Le film exotique dans toute sa splendeur (mouais). Beau casting : Mason, Fontaine, Dandridge, Collins, Belafonte ...

 

10. Mambo, 1954

Silvana Mangano est très belle et danse de façon lascive. Pour le reste, oublions.

 

RobertRossen-Lilith1-Lepasseurcritique-484x320.jpg

 



26/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres